Les oléoducs menacent les droits autochtones

Un grand nombre de Premières Nations et de peuples autochtones ont clairement indiqué ne pas consentir à la construction d'oléoducs, tels que le Dakota Access Pipeline à Standing Rock et le Kinder Morgan Pipeline au Canada, qui envahissent leurs territoires et ménacent leurs réserves d’eau.

L'industrie pétrolière a réagi par des intimidations, des poursuites judiciaires, des lois anti-manifestation orchestrées par l'industrie1, et des compagnies de sécurité privées ont été embauchées pour intimider les opposants.

Alors que l'industrie pétrolière essaie de nous diviser, nous nous unissons dans une puissante vague de solidarité et de résistance.

Plusieurs banques sont déjà en train de se retirer des projets d'oléoducs de sables bitumineux et d’Energy Transfer Partners, mais chacune des 12 banques les plus sales (“Dirty Dozen”) sont toujours financièrement impliquées dans certains de ces projets. Si les citoyen·ne·s du monde entier demandent aux banques de s'engager à ne PAS financer ces oléoducs, nous pouvons faire pencher la balance en défaveur de ces projets polluants afin de les arrêter définitivement.

Appelez les douzes banques les plus polluantes à ne pas financer les oléoducs qui menacent les droits autochtones.

1. Robson, Ruthann. "Lawmakers across the US are finding ways to turn protesting into a crime", https://www.vox.com/the-big-idea/2017/6/12/15759186/protests-penalty-constitution-first-amendment-police

Aux présidents et directeurs généraux du Crédit Agricole, du Crédit Suisse, de la Deutsche Bank, de Citibank, de Barclays, de la Banque de Tokyo Mitsubishi, de la BBVA, de JP Morgan Chase, de Mizuho, de la Banque Royale du Canada, de Toronto Dominion et de Wells Fargo :

Afin de protéger l’environment, respecter les droits autochtones, préserver les individus des déchêts toxiques et prévenir d'incontrôlables changements climatiques, il est CAPITAL que votre banque s'engage à ne pas soutenir financièrement le moindre oléoduc de sables bitumeux, ni Energy Transfer Partners, l’entreprise responsable du très controversé l'oléoduc qui devait relier es forages du Dakota du Nord à l’Illinois (Dakota Access Pipeline).